vendredi 19 mars 2010

jour ensoleillé...

J'aime l'eau d'émeraude du Rhône, le vent dans les cheveux, le soleil qui caresse la peau et brûle les yeux tout en illuminant l'onde de ses reflets, les oies qui mendient du pain, les gens qui commencent à s'étaler sur les pelouses, les petits enfants qui trottinent dans les allées, la chaleur humide des serres, l'odeur des camélias qui empli les narines quand on pousse la porte, et les amours printanières.
Posté par Idril Anwamane à 18:13 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

dimanche 31 janvier 2010

CRS

Dimanche 31 janvier, rue de la Barre, entre la Guillotière et Bellecour : des cars de CRS tout le long !!! Pourquoi ? ça, je me le demande encore...
Posté par Idril Anwamane à 20:55 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
samedi 30 janvier 2010

Rue de la République...

Rue de la République, le samedi après-midi, il y a... une fanfare... des jeunes qui dansent le hip-hop... la queue au cinéma Pathé... une grande flaque de faux sang pour marquer la distribution de tracs anti-viande... les scientologues qui recrutent... et plein d'autres choses.
Posté par Idril Anwamane à 18:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
samedi 23 janvier 2010

il n'y a pas de nuit en ville...

Dans la ville, il ne fait jamais nuit. Même quand le soleil a disparu derrière l'horizon, le ciel n'est plus ni bleu ni gris ni blanc... mais il n'est pas noir, ni bleu marine. Le ciel est jaune. Le jaune des lumières de la ville qui n'éclairent pas que le sol. Les étoiles sont cachées derrière ce brouillard de lumière. Et tous ceux qui ne quittent jamais leurs immeubles n'ont jamais dû voir... la vraie nuit. Ils ne connaissent pas cette étendue infinie pictée d'étoiles. Il ne connaissent pas cette trace blanche dans notre ciel... [Lire la suite]
Posté par Idril Anwamane à 15:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
jeudi 7 janvier 2010

les miracles de la ville

La sirène de l’ambulance arrive, loin, là-bas. D’habitude, les piétons bondissent dès que les voitures sont arrêtées. Cette fois, même le feu est vert, mais ils attendent encore. L’ambulance traverse, et le flot de piétons se rabat derrière elle, tels les eaux de la mer rouge écartées par Moïse qui reprennent leurs droits. Deux voitures arrivent, traversons entre les deux, engageons-nous en n’attendant même pas que la première soit passée pour passer tout de suite derrière elle. Marcher, toujours marcher, sans voir autre... [Lire la suite]
Posté par Idril Anwamane à 16:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,