Il y a quelques jours, on entendait aux informations qu'un petit garçon de 5 ans, énervé contre sa soeur parce qu'elle ne voulait pas lui prêter son jeu vidéo, avait poignardé celle-ci.

Incompréhension générale. Bien évidemment, on ne trouve pas tout à fait que c'est une raison suffisante d'avoir eu un père qui battait sa mère (sachant en plus que dans ce cas les enfants sont généralement frappés aussi)... Aujourd'hui, ils ne voient plus ce père.

Sur ce, rebondissement... le petit garçon, qui avait avoué avoir eu ce geste "en croyant que c'était un couvert de dînette", s'embrouille un peu... sa soeur, qui, dans un premier temps avait confirmé la version de son frère, a fini par dire que c'était sa mère qui lui avait donné ce coup de couteau.

Les enquêteurs doutaient de la véracité des témoignages mettant en cause le garçon, car un chirurgien de l'hôpital où la fillette était hospitalisée avait remarqué qu'un tel coup, ayant perforé légèrement le poumon, ne pouvait pas avoir été porté par un enfant de 5 ans. Les soupçons ce sont alors portés sur la mère, qui est passée aux aveux.

La jeune femme de 36 ans travaillait sur une aire d’autoroute comme serveuse de nuit. Lorsqu'elle serait rentrée le samedi matin à 3 heures, épuisée, elle aurait été exédée de ne pas trouver le sommeil à cause du bruit que faisaient ses enfants dans la pièce voisine. Après avoir eu ce geste criminel envers sa fille, elle aurait convaincu son fils de dire qu'il était à l'origine de ce coup en le culpabilisant.

Lorsqu’elle s’absentait la nuit, personne ne gardait jamais les enfants, c’était l’aînée qui s’occupait de son petit frère. Quand la mère rentrait trop tard le matin pour les accompagner à l’école, ils n’y allaient tout simplement pas. Cette famille n'avait malgré tout cela pas été signalée aux services sociaux.

maltraitance